Cactus : Où sont passé les épines ?

Impossible de le rater. Le marketing est omniprésent, le teasing aura été digne d’Apple, et les spots publicitaires tentent de remettre l’automobile à plat pour mieux nous expliquer que « ceci est une révolution ».

Mais personnellement, je n’arrive pas à cacher ma déception… A l’époque (2007), on m’avait vendu le concept Cactus comme l’incarnation (ou même la réincarnation) des âmes du passé, 2 pattes et Méhari en tête…

2007_09-citroen_c-cactus_concept_02

2007_09-citroen_c-cactus_concept_07

7 ans après, l’essence du cahier des charges s’est envolée ! Simplification, réduction du nombre de pièces, originalité, retour aux sources stylistiques de la marque… Tout ça n’est plus que souvenirs…

Que reste-t-il d’innovant ? Airbump ? Et puis… Sans compter qu’Airbump n’a jamais été ne serait-ce qu’évoqué en 2007. Le prix ? Non, pas vraiment… Le style… Selon moi : rien !

Vous aurez compris que cet article dissimule en fait un mini coup de gueule. Pas spécialement contre notre chère marque au chevrons, certes, mais contre toute la machine à rêve que constitue les concept-cars. Et qui est aussi une énorme machine à déception…

Je conclurai avec une seule question : Pourquoi certaines marques sont capables de faire homologuer 3 voitures (Lamborghini Veneno) et pas d’autres ? Quelle différence entre faire homologuer 3 Veneno, et 3 Citroën GT (qui seraient parties comme des petits pains, redorant par la même occasion considérablement l’image du constructeur). Idem pour Onyx ! Et tous les autres…

Alors on se console avec le sempiternel « on retrouvera beaucoup de ce concept dans les futures gammes »… Mais moi, cela ne me suffit plus. Je suis lassé de cet adage qui « laisse croire que », seulement pour mieux valoriser une ligne ou une courbe hérité du concept qui a fait rêver…

Cactus en est encore un exemple criant ! Et vous ? N’auriez-vous pas préféré voir sortir le cactus de 2007 ?

Article précédent

Carrara : ça vous la coupe !

Article suivant

Banc Modulcité pour Mineral-Urba par Anne-Claire Guémas